Les Professeurs de la Ville de Paris (PVP) sont restés mobilisés pendant le confinement. En lien avec les professeur.es des écoles, ils ont fait preuve eux aussi d’inventivité pour poursuivre à distance leurs enseignements artistiques et sportifs pour leurs élèves. Mme Olga Palewska-Violle PVP d’éducation musicale à l’école Elémentaire Longchamp et à l’école polyvalente Decamps (16ème) nous livre son témoignage.

Comment avez-vous organisé la continuité des apprentissages ?

Pendant cette période, mes questionnements sont : comment, par mon enseignement de la musique, aider mes 450 élèves à traverser cette période difficile ? Comment, à distance, permettre aux élèves de poursuivre chez eux chaque semaine les pratiques musicales incluses dans leur emploi du temps en classe ?

A l’école Longchamp, l’espace numérique de travail me permet de rentrer en contact avec les parents de mes élèves, plus directement et plus fréquemment qu’avant le confinement, ce que je trouve enrichissant. Cela me permet aussi de garder un contact direct avec mes élèves, mes collègues Professeurs des Écoles et PVP. Nos échanges pédagogiques peuvent ainsi se poursuivre assez facilement finalement.

A l’école Decamps, ce sont mes collègues PE qui transmettent mon enseignement aux élèves via Internet. Leur collaboration est donc précieuse pour moi comme pour les élèves, mais les échanges sont moins directs et moins faciles qu’avec un ENT.

La musique à l’école étant essentiellement enseignée à l’oral, il me semble important de garder ce mode à distance. J’enregistre donc chaque semaine une séance de chant par classe, afin que mes élèves puissent directement la réaliser chez eux, en suivant ma voix et mes consignes.

A l’école Longchamp, suite à ma réflexion sur notre situation actuelle, le confinement a permis la réalisation d’un projet de parcours culturel et sportif : « les arts et le sport pour mieux vivre nos émotions », transmis aux élèves, à leurs parents et à l’équipe enseignante sous la forme d’un cahier multimédia. Je peux ainsi travailler à distance en collaboration avec mes collègues PVP d’arts plastiques et d’EPS, sur un sujet que je souhaitais aborder avec nos élèves depuis quelques temps. Ce projet m’aide beaucoup à rester motivée malgré l’éloignement physique vécu avec mes élèves et mes collègues. Il me nourrit beaucoup moi-même, m’aide aussi à mieux vivre mes émotions actuellement.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Elles ont été principalement de deux ordres :

*La réception des documents par mes élèves : La musique étant un langage sonore, elle ne peut se transmettre qu’informatiquement pendant cette période. A Longchamp, la maîtrise de la navigation dans l’espace numérique de travail n’est pas encore suffisamment acquise par certains élèves. A Decamps, le manque d’équipements informatiques dans certains foyers a rendu difficile l’accès à mon enseignement pour certains élèves. 

*La place accordée à la musique dans chaque famille pour l’école à la maison : A l’école élémentaire, pendant cette période, priorité est donnée au travail en français et en mathématiques. De fait, les autres disciplines, comme la musique, n’ont pas forcément été pratiquées à la maison, par manque de temps, d’énergie ou de motivation de la part des élèves, et ce malgré différentes initiatives motivantes (visioconférences, concours de chant, quizz, création d’une chanson pour l’école). En positif, cela m’a permis de repérer les élèves pour lesquels la pratique musicale se révèle avoir une grande importance dans leur vie aujourd’hui. Les échanges que j’ai pu avoir avec eux ou avec leurs parents pendant cette période m’ont permis aussi de me sentir moins seule dans mon action d’enseignement, et ont contribué à stimuler ma créativité.

Et maintenant ?

Actuellement, je travaille partiellement en présentiel et partiellement en distanciel. C’est une solution qui ne peut être que provisoire. Même si l’obligation d’enseigner à distance a fait expérimenter à tous d’autres moyens et ressources pour le faire, l’enseignement de la musique ne peut pas à long terme se contenter d’échanges numériques plus ou moins individuels via Internet, aussi musicaux soient-ils. La musique à l’école se vit aussi et surtout dans la classe, qui permet une pratique collective participant à l’épanouissement individuel et collectif des élèves.


Article proposé en partenariat avec :

ANCP&AF Paris : La place, le rôle, la mission du conseiller pédagogique et plus largement des formateurs du 1er degré dans un système éducatif en perpétuelle évolution est une préoccupation constante et majeure de l’ANCP&AF, Association Nationale des Conseillers Pédagogiques et Autres Formateurs.

Cette association professionnelle, de statut loi 1901, vise principalement l’établissement entre ses membres de relations fondées sur la pratique de la coopération intellectuelle et de l’entraide professionnelle. Au sein de l’ANCP&AF Paris, les rencontres et formations de formateurs organisées se donnent pour objectif principal de permettre aux formateurs d’acquérir des gestes professionnels performants et innovants pour accompagner efficacement les professeurs des écoles dans leur mission, la réussite de tous les élèves.

 

 

Avez-vous trouvé ce contenu intéressant ?