Avec l’association affiliée Point de M.I.R (Maison de l’Information Responsable)

La pandémie de Covid-19 a transformé et va continuer à transformer notre vie quotidienne sous bien des aspects. L’une de ces conséquences est la formidable accélération de la transformation numérique de notre société. Les entreprises notamment avec la généralisation du télétravail ont dû apprendre à travailler autrement grâce aux outils de vidéoconférences qui sont désormais au cœur de l’organisation. Le maintien de la continuité pédagogique pendant le confinement a également conduit les enseignant·es à investir massivement les plateformes en ligne pour organiser leur classe virtuelle. Les outils numériques enfin ont été des relais indispensables pour pouvoir maintenir le lien avec nos proches, notamment avec les plus âgé·es qui se sont retrouvées isolé·es pour leur protection.

La consommation énergétique et l’utilisation des ressources non renouvelables nécessaires à la fois au fonctionnement quotidien de l’univers numérique, et notamment du réseau Internet, ont des conséquences réelles sur l’environnement.

A l‘heure de cette explosion, il est toutefois indispensable d’avoir aussi conscience de l’impact environnemental de ces pratiques. La consommation énergétique et l’utilisation des ressources non renouvelables nécessaires à la fois au fonctionnement quotidien de l’univers numérique, et notamment du réseau Internet, ont des conséquences réelles sur l’environnement. La pollution numérique représente ainsi un enjeu écologique grandissant dont le grand public n’a pas encore pris la mesure. Quelques chiffres permettent d’évaluer cet impact écologique : un seul ordinateur nécessite l’utilisation de plus 800 kg de matières premières ; l’empreinte annuelle d’un·e internaute représente 203 kg de Gaz à Effet de Serre et 3000 litres d’eau ; 12 milliards de mails sont échangés par heure dans le monde, ce qui équivaut à 4000 allers-retours Paris-New-York en avion… La liste des impacts environnementaux est longue. Si rien n’est fait, le numérique polluera en 2025 autant que le trafic automobile mondial.

Il est nécessaire de prendre conscience de la réalité de cette pollution qui ne cesse d’augmenter pour découvrir aussi qu’il est possible d’agir. L’une de nos associations affiliées, Point de M.I.R (Maison de l’Informatique Responsable), travaille depuis des années sur cette question en invitant le public à adopter de meilleurs pratiques. Notre fédération soutient leur action et nous avons le plaisir de présenter aujourd’hui le résultat d’un travail mené en commun pour la production d’un livret pédagogique destiné aux enseignant·es du 1er degré.

A découvrir aussi :

– Vidéo de sensibilisation proposée par l’association
Programme d’une formation organisée les 27 et 28 mai (Vers un numérique plus responsable / État des lieux et bonnes pratiques.

Avez-vous trouvé ce contenu intéressant ?