5 années d’arts urbains au Centre Ken Saro-Wiwa

L’aventure graffiti au Centre Ken Saro-Wiwa a débuté en novembre 2014 avec l’association Art AzoÏ et une première fresque de l’artiste Tarek Benaoum. Ses calligraphies  bleues, violettes, argentées … inspirées du poème « The true prison » de Ken Saro-Wiwa sont venues égayer les rues du 20ème et éveiller la curiosité de ses habitant.es.

fresque Tarek Benaoum photo Dan Aucante

Depuis cette première fresque, de la peinture a coulé et des sprays ont été vidés.  C’est presque une trentaine d’artistes qui se sont exprimé.es au fil des mois  sur les murs du Centre et ont ainsi recouvert l’œuvre de leur prédécesseur, disparue à jamais sous d’épaisses couches de peinture. Chacun.e de ces artistes au-delà de son art est aussi venu.e partager un morceau de vie avec l’équipe du Centre, celle d’Art Azoï ou encore les habitant.es. Peindre dehors, à la vue de toutes et tous, c’est aller inévitablement à la rencontre des autres, de celles et ceux dont on n’aurait pas croisé la route. Pour les enfants, les jeunes et les adultes du quartier, ça permet aussi de lever la tête et de découvrir une œuvre d’art à deux pas de chez soi, de la vie dans un paysage parfois un peu gris.

Ce projet, c’est des couleurs, du lettrage, des personnages, des coulures, des histoires, des voyages… et même si ces œuvres d’art sont éphémères, on a quand même  voulu en garder de petites traces…

 

Pour découvrir ou redécouvrir l’ensemble des murs du Centre, rendez-vous sur le site de notre partenaire Art AZOÏ  =>  http://www.artazoi.com/murs-a-programmation/ – en cliquant sur l’onglet Centre Ken Saro-Wiwa

Quelques anecdotes…

Les éléments parfois s’acharnent. Vinie en plein mois de février a du peindre sur un échafaudage emmitouflée dans une bâche pour se protéger de la grêle… Ox a retrouvé un matin une partie de sa fresque, faite de bandes de couleurs accrochées à la grille du Centre, emportée par le vent et gisant sur le trottoir d’en face…

Vinie entre les gouttes photo Ligue de l’enseignement

fresque Ox photo Pablo Porlan

La notion du temps est variable d’un.e artiste à l’autre. Il y a celles et ceux qui une fois l’inspiration arrivée réalisent leur fresque, d’un jet, en quelques jours ; et celles et ceux qui y ajoutent constamment une dernière (promis c’est la dernière !) touche. Popay, guidé par son perfectionnisme, a battu le record de durée pour réaliser son œuvre aux multiples détails.

fresque Popay photo Pablo Porlan ©PABLOPORLAN

 

La cohabitation n’est pas toujours évidente. Dans un Centre où se croisent artistes et amateurs, de tous les âges, il y a parfois de mauvaises surprises… Shook et 2Art ont retrouvé à la fin de leur semaine de travail une partie de leur fresque repeinte par les enfants d’un atelier… Il n’y avait plus qu’à recommencer !

Un public d’habitué.es. Au fil des murs, nous avons pu compter sur des habitant.es fidèles, présent.es aux vernissages, aux masterclass, appareils photo à la main et toujours enthousiastes à l’idée de nous donner leurs impressions ou d’encourager les artistes. Nous pensons, entre autres, à Lucy, élève de l’atelier graffiti du lundi et aussi aux jeunes du Centre aux regards artistiques de plus en plus aiguisés…

 


Merci à toutes les artistes qui ont participé à ce projet:

TAREK BENAOUM – VINIE – NASSYO  – 2 SHY – ALETEIA – KASHINK – DJALOUZ – DA CRUZ – HOPARE-  OX – EYONE – POPAY  – DISCO – SURFIL – MARKO93 – BONUS -BERTHET ONE – ZEKY -OGRE  – SUNSET – DIZE – BABS – SHOOK et 2ART – SKIO – NEBAY – HOXXOH

Et on vous retrouve très bientôt pour de nouvelles fresques !

Avez-vous trouvé ce contenu intéressant ?

2 réponses sur « Rétrospective : 5 ans d’arts urbains au Centre Ken Saro-Wiwa »

  • Garel dit :

    Superbe, j’adore ce style et le centre est TOP !!!

  • Louléa dit :

    Bonjour, j’aimerais bien participer la prochaine fois, et je suis d’accord avec Garel, c’est très bien ce que vous faîtes 🙂

  • Si c'est votre premier commentaire ce dernier sera modéré par notre équipe avant d'être affiché. Restez poli et courtois même si vous n'êtes pas d'accord avec votre interlocuteur.

    Cliquez sur la petite cloche au moment de la soumission de votre commentaire pour être informé des nouveaux commentaires sur cet article.

    En publiant votre commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Publier des commentaires