La continuité pédagogique à Paris / #RÉCIT N°11: L’école des Belles Feuilles & l’école Saint Didier (16ème arrondissement)

 

Fanchon Druesnes a 24 ans et elle a été titularisée l’année dernière. Elle est en charge de 2 mi-temps cette année : Petite Section de l’école des Belles Feuilles et CE2 de l’école Saint Didier (Paris 16ème).

Comment avez-vous organisé l’enseignement à distance pour vos élèves ?

Le vendredi 13 mars, nous avons appris que le confinement commencerait dès le lundi suivant. Cette annonce nous a tous obligé à nous adapter dès cette veille de week-end. Communiquer aux élèves les modalités de communication que nous utiliserons, photocopier des supports dont les Ce2 auront besoin pour les semaines à venir et faire la course aux coordonnées téléphoniques et mails en Petite Section ont constitué mes priorités pour cette première période. Travailler sur 2 postes fractionnés induisait à mon niveau une communication sur la semaine et plus uniquement sur mes jours de classe habituels, afin de permettre à tous les élèves d’avancer à leur rythme.

Un échange par mail a été instauré de manière quotidienne pour ma classe de CE2 et hebdomadaire pour celle de Petite Section. Dans les mails pour les CE2, un déroulé des activités journalières est proposé, alliant explications et conseils pour les élèves et les parents.

J’ai également mis en place, dès les premiers jours, une plateforme de partage permettant aux familles de retrouver de nombreux documents. Certains supports qui ont été vus en classe étaient disponibles, mais de nouveaux documents ont vu le jour rapidement : histoires tapées, oralisées et parfois illustrées à travers des diaporamas ou vidéos, dictées enregistrées au rythme des élèves, diaporamas d’anglais mariant flashcards, son et consignes, tests à réaliser en ligne, diaporamas spécifiques aux UPE2A liant images, textes et récits illustrés et oralisés ainsi que des images et vidéos tutoriels.

Les Petites Sections, de leur côté, y trouvent divers documents proposant des activités en peinture, motricité, mathématiques, ainsi que des exercices et des albums numérisés.

L’utilisation de cette plateforme m’a permis de partager tous les supports dont les enfants ont besoin jusqu’à la fin de l’année, en prévision de ceux qui ne reviendront qu’en septembre.

La relation aux familles a-t-elle changé pendant le confinement ?

Le lien que j’ai avec les familles de mes 59 élèves s’est inévitablement intensifié avec toutes ces modalités, à commencer par la fréquence à laquelle nous nous contactons. Contrairement aux parents de Petite Section que je voyais quotidiennement sur mon mi-temps, j’ai rencontré certains parents de CE2 à travers des échanges de mails, par téléphone ou par vidéo grâce à la classe virtuelle proposée par le CNED. Cette dernière m’a permis d’organiser des rendez-vous avec quelques élèves de manière individuelle, pour reprendre des notions dont les évaluations à distance présentaient des difficultés ou des incompréhensions.

Toutes ces modalités me permettent donc de garder un lien constant avec chacun de mes élèves. Au- delà de ça, il me semble que la liaison entre la famille et l’école s’est accentuée. L’engagement des adultes dans la scolarité de leurs enfants s’est révélé renforcé au cours de cette période, ce qui implique leur demande plus importante de conseils et un besoin d’être encouragés et rassurés sur les capacités de leurs petits.

Cette période aura-t-elle un effet positif à long terme sur vos pratiques ?

Je pense que l’enseignement à distance ne peut remplacer l’enseignement en présentiel et en groupe, car celui-ci rend plus difficiles la socialisation des élèves, les travaux à plusieurs, la différenciation immédiate et la relation avec les partenaires de l’école. Mais malgré cela, cette situation m’a permis d’explorer de nouvelles techniques d’enseignement et un matériel que je n’aurais pas forcément utilisé en temps normal. Il est évident que cela a apporté de nouvelles perspectives quant à ma manière d’enseigner, que je compte investir lors de mon retour en classe.


Article proposé en partenariat avec :

ANCP&AF Paris : La place, le rôle, la mission du conseiller pédagogique et plus largement des formateurs du 1er degré dans un système éducatif en perpétuelle évolution est une préoccupation constante et majeure de l’ANCP&AF, Association Nationale des Conseillers Pédagogiques et Autres Formateurs.

Cette association professionnelle, de statut loi 1901, vise principalement l’établissement entre ses membres de relations fondées sur la pratique de la coopération intellectuelle et de l’entraide professionnelle. Au sein de l’ANCP&AF Paris, les rencontres et formations de formateurs organisées se donnent pour objectif principal de permettre aux formateurs d’acquérir des gestes professionnels performants et innovants pour accompagner efficacement les professeurs des écoles dans leur mission, la réussite de tous les élèves.

Avez-vous trouvé ce contenu intéressant ?